Skip to content

Vous prendrez bien une tasse de café ?

Oui mais bio, sans les pesticides qui polluent à la fois les sols des zones intertropicales, la faune et la flore, puis les grains ensuite consommés par l’homme. Petit guide à l’usage des amoureux du café…

Le café est l’une des boissons les plus bues au monde, mais saviez-vous que le café est également l‘un des produits alimentaires les plus exposés chimiquement ? Les cultures intensives de café ont recours aux pesticides pour obtenir une croissance plus rapide. Des traitements phytosanitaires qui appauvrissent les sols des plantations, mais aussi tout leur environnement, provoquant la disparition des oiseaux et des insectes…

Un café bio s’il vous plait !

Le label bio garantit une culture du café sans additifs, ni produit chimique, faite de façon traditionnelle, à l’ombre, avec donc moins d’eau et qui fournit avec ces caféiers plantés aux côtés de grands arbres, un refuge pour bon nombre d’espèces animales. La culture bio maintient donc un sol humide, riche et fertile. La durée de vie d’un caféier bio peut atteindre 100 ans quant un caféier non bio ne peut produire correctement qu’une trentaine d’années.

Un café équitable, oui, mais pour qui ?

Pour les enfants d’abord, grandes petites victimes de l’industrie du café qui les exploitent. Pour les producteurs locaux ensuite, rémunérés au prix juste, à savoir plus cher que leurs coûts de production, ce qui leur donne accès aux soins médicaux et leur permet de scolariser leurs enfants. En France aujourd’hui, le café représente 41% des produits issus du commerce équitable, devant le coton, le cacao et les bananes. La marque Un amour de café par exemple, développe le commerce solidaire et reverse pour chaque produit vendu, un pourcentage à l’organisation humanitaire Partenaires qui intervient notamment au Bangladesh et au Malawi en créant des chaines de solidarité.

Un café corsé !

Moulu, en grain ou en dosette, le café se consomme après torréfaction. Cette transformation donne tout son arôme au café qui une fois grillé, passe du vert au noir. Un subtil mélange d’acidité et d’amertume avec un arrière goût d’astringence… Boisé, chocolaté, doux, épicé, corsé, les arômes sont infinis. Les grains sombres sont bourrés d’antioxydants, mais aussi plus amers, à vous d’en boire moins, mais mieux. Pour cela utilisez de l’eau purifiée ou distillée, le top étant de moudre soi-même son café et de le conserver dans un bocal en verre à l’abri de la lumière. Les cafetières manuelles, du type poussoir, délivrent un café excellent pour un coût moindre. Vous auriez tort de vous en priver !

Partagez l'article
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur print
Imprimer
Auteure de l'article
MP Guiard
MP Guiard
Journaliste, designer et ancienne parisienne installée dans la Drôme, je consomme bio depuis des années et me passionne pour les problématiques écologiques et durables.
Commentez l'article

L'article n'a pas encore été commenté. Lancez-vous et commentez ci-dessous.


Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles du blog